Jour 2! À guichet fermé!

8BB01BC2-8AB0-4E3D-A3FD-7B975C787AE1

Photo par Alexis Andres Photographie


Ce sont deux équipes motivées et enthousiastes, la France et le Québec qui ont été accueillies par une salle comble et comblée ! Ils ont d’ailleurs réclamé les joueurs avec l’aide de la dynamique maîtresse de cérémonie: Deborah Chirenti! Les équipes ont alors pu entonner leur traditionnel hymne. C’est d’ailleurs dès ce moment que le public genevois a pu découvrir le bel accent québécois, et leurs paroles: « tu pensais qu’c’était c’que c’t’est mais c’est pas ça que c’t’est! »

L’arbitre a débuté le match avec une improvisation comparée. Tandis que les Québécois ont tenté de promouvoir les salopettes de mariage – attention nouvelle tendance ! – les Français se sont retrouvés en séance de méditation avec un homme hébété qui aurait dû choisir une autre activité sur sa smartbox! Plus tard dans la mi-temps, c’est dans l’univers de Jules Verne que nous avons été transportés. Le peuple microscopique des Titapek a craint l’arrivée du professeur et de son apprenti durant les 7 minutes de l’improvisation. À souligner encore quelques éléments surprenants et comiques, comme une émission de télévision sur les fouines intestinales, une morale interpellante: « Chaque année, le pari ruine des mariages. Éduquez vos enfants. », un jeune Kevin fan de barbies, une colo Pistache, et un Johnny souhaitant arrêter la chanson car « mon visage, on dirait un oreiller! ».

L’arbitre a réservé une jolie catégorie technique durant la deuxième mi-temps, un carré hollandais. C’est alors que chaque équipe a dû jouer 4 impros en même temps. Après une remise à l’ordre en forme de boutade pour la France car « c’est dur de compter jusqu’à 4! » (dixit Madame l’arbitre), les jouteurs se sont lancés dans des joutes verbales hilarantes et des univers tendres (pensons à cette histoire d’amitié entre deux hommes se développant à coup de Kindersurprises et d’allusions salaces!). Le match s’est terminé par une catégorie bibliothèque, obligeant les joueurs à faire du théâtre pour les premières répliques! La dernière histoire concernait donc une jeune femme devant avouer à son père qu’elle était sa fille. Ce dernier ne semblait se souvenir que du nom révélateur de son ex compagne: Morphine! C’est donc entre émotions et rires que le match s’est achevé.

Sur un score de 8-3, les Québécois ont remporté ce très bon match, rempli de rires et de situations cocasses! Retrouvons ces deux équipes très prochainement, le Québec demain à 17h avec la Belgique, et la France à 20h avec l’Italie! Profitons, encore 9 matchs à venir!!!

Camille B.